LIVRES NUMÉRIQUESJEUNESSEBÉBÉJEUX, JOUETSPAPETERIECADEAUXDIVERTISSEMENT


Message Important
Le site sera temporairement en maintenance, pour une mise à jour. Ceci afin de mieux vous servir.
Heure de maintenance prévue : 10:30 pm

Important message
The site will be busy updating the store for you and will be back shortly.
Scheduled maintenance : 10:30 pm
L'État, rouage de notre exploitation - COLLECTIF

L'État, rouage de notre exploitation

COLLECTIF

 
14,95 $

Feuilleter Feuilleter
En stock : Expédié en 48 heures.
Quantité
Ajouter à ma liste de souhaits
Non disponible en succursale
Autre(s) format(s) disponible(s)
EN SAVOIR PLUS Résumé

En 1971, la grève des pressiers de La Presse a un impact considérable sur le mouvement syndical. À la suite d’une marche de protestation - où les policiers causent la mort d’une manifestante, Michèle Gauthier-, Louis Laberge, le président de la FTQ, prononce une phrase qui allait devenir célèbre : « Ce n’est pas des vitres qu’il faut casser…» Un mois plus tard, à son congrès, la FTQ opère dans l’enthousiasme un tournant majeur et adopte un manifeste, L’État, rouage de notre exploitation. Ce manifeste propose un changement radical de la stratégie syndicale, laquelle désormais doit viser à unifier les luttes et s’opposer à l’illusion et à la stérilité du syndicalisme tel que pratiqué jusqu’alors.
Le manifeste critique « l’État libéral bourgeois » et l’impérialisme : « Situé à sa vraie place, l’État apparaît comme rien de plus qu’un rouage de notre exploitation. Nous comprendrons vite que tout changement en profondeur est quasi impossible, quand on se conforme à toutes les règles du jeu définies par lui pour se maintenir en place.» Dans son discours intitulé Un seul front, Louis Laberge appelle à la mise sur pied d’« un front large et unifié de lutte à opposer aux forces de l’argent », un front qui permettrait de « casser le système actuel » et d’ « instaurer chez nous un véritable pouvoir populaire ».
Il apparaît important et même prioritaire d’organiser « notre force politique », jusqu’à un parti politique des salariés si nécessaire, car il ne s’agit surtout pas de se débarrasser « l’emprise américaine et anglo-saxonne sur notre économie » pour la » remplacer par une bourgeoisie technocratique et capitaliste québécoise ». Un manifeste toujours d’actualité.

Détails
Prix : 14,95 $
Catégorie :
Auteur :  COLLECTIF
Titre : L'État, rouage de notre exploitation
Date de parution : août 2012
Éditeur : M EDITEUR
Collection : MOUVEMENTS
Sujet : TRAVAIL
ISBN : 9782923986449 (292398644X)
Référence Renaud-Bray : 110044550
No de produit : 1302176

SUGGESTIONS
Suggestions
Peuple rieur : hommage à mes amis Innus(Le) BOUCHARD, SERGE
LÉVESQUE, MARIE-C
24,95 $
Stade olympique de Montréal, mythes et scandales TAILLIBERT, ROGER
2,50 $
Histoire du Québec en 30 secondes CHARLAND, JEAN-PIERRE
SABRINA, MOISAN
21,95 $
L'État, rouage de notre exploitation , COLLECTIF
© M EDITEUR 2012